1985

Caméras occultées

2022

Que reste t-il après 1984 et après que les dernières matières soient retirées? Dans son ouvrage fantastiquo-démoralisant, George Orwell montre un décroissement de la présence des objets dans le quotidien des citoyens. Jours après jours, les habitants d’Océania voient arriver une absence évolutive des objets. Cela commence par les lames de rasoirs pour aller jusqu’aux vivres. Mais alors que restera-t-il après tout ça (?), nous n’en savons rien. Une chose que l’on sait en revanche, c’est que l’alcool coule (quasiment à flot). Les cigarettes sont pourries. Le tabac se vide d’elles quand on en prend une du paquet tout froissé mais l’alcool lui est consommable. Il n’est pas de meilleure qualité mais on en trouve quasiment partout et il est autorisé. Il donne du courage à continuer dans le sens de la dictature ou permet plutôt d’oublier cette liberté qui s’efface de plus en plus, comme si c’était normal. Apportons cette réflexion au monde des tribunes et nous remarquerons que l’alcool lui aussi a évolué dans les stades. La moitié des pays impose de la bière sans alcool, au dépit des supporters qui en commandent quand même dans l’espoir de toucher éventuellement à l’ivresse moléculaire qui pourrait se mélanger à la transe, formant ainsi une seule et même ivresse alchimique. J’ai alors disposé des caméras autour de différents stades qui sont occultées par des gobelets (vidés) en plastique dur et dont l’opacité trouble la vidéo-surveillance comme une vision d’ivresse. Ivresse déjà acquise par les auteurs de cet acte.

image00004.jpeg

34