Sans titre

Caisse en bois, briques, peinture.

2020

Quelques jours après avoir acheté une première brique sans savoir ce que j’allais en faire, j’ai joué au domino au «Labo» (médiathèque de Cambrai) avec quelques enfants et des amis. Soudain un des deux enfants s’est mis à construire quelque chose, un mur. La formation de ses domino était la même que dans la maçonnerie mise à part les brique qui sont censé être découpé pour en devenir des demi et être placé aux extrémités. Grâce à l’action de l’enfant, en rentrant chez moi, j’ai développé une idée autour de ce jeu japonais et de ces briques. La brique est représentative d’un projet de vie: Construire sa propre maison. Mais ce projet ne doit pas s’arrêter à cette chose matérielle. Il est en effet la par- faite représentation de pleins d’autres projets important dans une vie. Le lien avec le domino se fait par sa forme mais aussi par son but. Son but étant d’avoir de manière aléatoire des pièces et de jouer avec pour essayer de gagner la partie. Ces pièces sont en quelques sortes des bouts de vie et des représentations de nos actions du passé qui ont un impact sur notre «aujourd’hui» et notre «demain». Et c’est en jouant avec ces acquis ainsi que ces facteurs que nous construisons quelque chose sans savoir si nous allons réussir (gagner la partie) ou échouer (perdre la partie).