IMG_20200117_121259__01_edited.jpg

Crête de coq n°1

Programmation et écran

2019

"Crête de coq n°1" exploite, retravaille et dégenre la cocarde militaire sous un air ludique et plaisant. Avec sa manette ou son clavier, le spectateur se voit comme créateur de cocarde militaire. Il joue avec les tailles, les couleurs qui peuvent se changer aléatoirement et indéfiniment pour en tirer une composition qui peut être réaliste au sujet de la guerre ou une autre qui serait de l'ordre du design ou de l'esthétique pop art.

Le titre est tiré de son étymologie du XVe siècle de coq avec le suffixe -ard; le sens initial est « plumes ornementales à un chapeau qui rappelle la crête de coq ».

(Suite en cours d'écriture)

Crête de coq n°2

Monotype

2019

La base d'inspiration étant le processus d'impression au marquage adhésif comme on l'utilise dans les armées lorsqu'on marque les chasseurs ou autres avions. La conception c'est donc tournée vers cette question d'impression en plusieurs temps, l'ellipse rouge et le cercle bleu ont voyagé sur deux différents surfaces avant de terminer sur une feuille blanche.  Le résultat final évoque l'usure, la fatigue, la fin. On peut y apercevoir une personne, du sang ou pour certains il s'agirais simplement d'un détail photographique d'une crête de coq. Le hasard technique à réalisé deux textures très différentes entre l'ellipse et le cercle qui ont étaient pourtant traités tous deux de la même manière et au même rythme.

Le titre est tiré de son étymologie du XVe siècle de coq avec le suffixe -ard; le sens initial est « plumes ornementales à un chapeau qui rappelle la crête de coq ».

Crête de coq n°3

Vidéo

2020

La vidéo commence par un ciel bleu cadré par une ellipse, un moteur puissant passe au dessus de nous. Quelques secondes plus tard des nuages apparaissent, rendant l’ellipse blanche. Un coucher de soleil forme cette fois ci une ellipse rouge. Les trois plans se superposent, la cocarde se forme. Désormais il y’a trois ellipses, chacune diffuse pendant toute la vidéo des images bleues, blanches et rouges. Des drapeau, des éléments naturels comme du feu ou encore une plage pour rappeler certains débarquement dans le nord ou en normandie. Entre tout cela se cache la ville, des bâtiments, des secours, des populations. En quelques sortes, des cibles. Cette vidéo crée une immersion et une animations très graphique et expérimentale. Réaliser du « coloriage » à partir de simples vidéos sans retouche était une première pour moi. Le projet, avec son remplissage colorimétrique de cette manière, crée alors une production qui la rend un peu aléatoire, ou alors comme si elle avait était crée par un algorithme. Algorithme ou hasard ne sont pas pareil évidement, mais alors les cibles sont elle attaquées aléatoirement ou avec un protocole?